O1net.com : Open Mind Innovation dans la presse

On a testé Open Mind, ou comment gérer son stress grâce à la réalité virtuelle

Amélie Charnay – 08/06/2017 – Présenté en avant-première au festival Futur en seine, le dispositif utilise des capteurs médicaux et un casque de réalité virtuelle pour lutter contre le stress, l’anxiété ou le burn-out.

Les casques mesurant l’activité du cerveau grâce à des électrodes ont le vent en poupe. Après Melomind, qui vous apprend à vous relaxer, et Dreem, qui vous aide à mieux dormir, voici Open Mind, qui vous permet de mieux gérer votre stress. La différence avec les deux premiers, c’est que le dispositif va bien au-delà du simple bandeau EEG (électroencéphalographe) et qu’il n’a pas pour vocation à être vendu auprès du grand public.

Des protocoles élaborés par des neuro-scientifiques

Open Mind, c’est un ensemble comprenant plusieurs capteurs médicaux professionnels, associés à un casque VR. La personne est immergée dans un monde virtuel dans lequel des techniques de relaxation lui sont enseignées par le jeu. L’idée est de proposer des séries thérapeutiques de 10 séances d’une heure chacune dans un lieu dédié, à raison d’une fois par semaine. «Les protocoles ont été élaborés par des neuro-scientifiques et des psychologues », nous précise le fondateur d’Open Mind, Guillaume Victor-Thomas. Nous avons pu essayer le dispositif durant un quart d’heure, après avoir dûment signé une décharge.
Il faut patiemment s’équiper d’une ceinture pour la respiration, d’un capteur cardiaque au doigt, de deux autres capteurs de conductance pour la transpiration, d’un capteur cardiaque sur la mastoïde (derrière l’oreille), et enfin d’un casque HTC Vive avec des électrodes pour mesurer votre activité cérébrale, ainsi que d’un casque audio et d’une manette de jeu. On peut alors s’allonger sur un fauteuil. Un caisson est refermé sur le haut de votre corps pour mieux vous isoler de l’environnement extérieur…..

Lire la suite de l’article de Amélie Charnay sur 01net.com : ici

Pour en savoir plus sur le service Performance Lab, c’est ici.